top of page
  • Photo du rédacteurJeanne Roy

Vœux 2024 pour Grandir dans l’attachement

Pour la nouvelle année, je t’offre plusieurs « fleurs-phrases » nommées Inspirantes. C’est une sorte de plante très recherchée parce qu’elle fait vibrer, réfléchir et donne une envie folle de passer à l’action. Les fleurs sont différentes mais sont de la même variété.



L’attachement c’est l’art de créer des liens sans soumission, sans abus, sans humiliation. Exister dans un attachement sain, garde les enfants et les adultes dans l’émerveillement. Les chants d’oiseaux et les rires d’enfants nous rappellent l’importance de protéger tous les types d’environnement, y compris celui de l’enfance.


Et si élever les enfants dans la douceur, dans l’affection, dans l’empathie rendait les humains plus pacifiques et plus aimants et transformait le monde? Faut-il endurcir nos enfants pour qu’eux-mêmes deviennent inflexibles, insensibles et s’adaptent à un monde belliqueux et impitoyable. 

Catherine Gueguen  (2015). Vivre heureux avec son enfant. p. 100


Les êtres humains, quel que soit leur âge n’apprécient pas les ordres… Et pourquoi? Quand on exige, on commande, on donne des ordres, on domine l’autre, on le soumet. L’autre n’a pas droit à la parole. On restreint sa liberté. Or la dignité de l’être humain, son désir le plus profond, est de pouvoir s’exprimer, de se sentir libre, de faire des choix.

Catherine Gueguen  (2015). Vivre heureux avec son enfant. p. 41


Les enfants n’ont pas besoin de la voiture rouge ou de la poupée blonde, ils en ont envie. En revanche, ils ont absolument besoin que leur colère, expression de leur frustration, soit respectée et entendue. Il est clair qu’il est important de ne pas dire oui à tout, il est structurant de se voir opposer un refus (justifié). Isabelle Filliozat (1995). Au cœur de nos émotions de l’enfant. p..87


Il est possible de trop gâter les enfants en leur donnant trop de choses, mais jamais nous ne pourrons leur donner trop d’amour inconditionnel. Comme l’a formulé un jour un écrivain, le problème avec les enfants que nous décririons comme « gâtés », c’est qu’ils ont trop de ce qu’ils désirent et trop peu de ce dont ils ont besoin. 

Alfie Kohn (2015). Aimer nos enfants inconditionnellement. p. 189-190


Maintenant que nous savons que les enfants sont des personnes à part entière dès le début, c’est absurde de parler de méthodes éducatives. Si nous utilisons ce concept à propos de la relation adulte-adulte, nous serions à juste titre confrontés à des protestations. Représentez-vous par exemple un adulte qui dirait : « Je suis amoureux d’une femme grande, aux cheveux noirs originaire du Portugal, mais elle me cause beaucoup de problèmes. Ne pouvez-vous pas me donner une méthode pour qu’elle soit moins difficile à vivre? Impossible! Cela ne va pas du tout. Mais ce n’est pas moins la manière dont les adultes ont qualifié leur relation à leurs enfants depuis le début du XVIIIe siècle.


Les enfants sont nés comme des personnes sociables et humaines et, pour développer ces qualités, ils ont besoin de vivre avec des adultes qui se comportent avec sociabilité et humanité. Toute forme de méthode n’est pas seulement superflue, elle est contre indiquée, parce qu’elle fait de l’enfant un objet pour ses proches.

Jesper Juul (2016). Regarde… ton enfant est compétent. p. 19


L’équidignité est une valeur inspirante pour la vie en famille. Elle signifie la reconnaissance d’une dignité commune et semblable entre les partenaires d’une relation. Elle favorise un dialogue, où l’enfant est pris au sérieux i-e, une reconnaissance de son droit d’avoir un besoin, un désir, un vécu, un sentiment et de son droit de les exprimer. Quant à l’adulte, il voit le besoin, le désir du point de vue de l’enfant; il est attentif à son expression (non pas chercher s’il est coupable) et donne une réponse qui a du sens, à l’enfant et à lui-même.


[L'équidignité souligne] que nous parents, devons essayer de modérer notre égocentrisme- i-e notre préoccupation limitée d’être suffisamment bon parent - et apprendre que les enfants offrent des opportunités d’apprentissage réciproque. 

Jesper Juul (2004). La vie en famille. p.41


Pour que nos enfants puissent déployer tout l’éventail des talents et des dons qu’ils portent en eux, il nous faut poser sur eux un regard exempt de peurs et d’inquiétudes, d’idées et d’intentions préconçues. Pour cela, il nous faut aller à leur rencontre et amorcer une vraie relation. Pas une relation de supérieur à subordonné, de personne cultivée à personne encore inculte. Mais une relation dans laquelle deux êtres se rencontrent, deux êtres certes différents mais prêts à apprendre l’un de l’autre. Qui ont envie de découvrir le monde et de lui donner forme ensemble. Ils nous font donc apprendre à traiter nos enfants sur un pied d’égalité. Et qu’importe s’il nous faut nous accroupir pour que nos regards se croisent.

Gerald Hüther ( 2019). Tous les enfants sont doués. p. 27


Voir l’enfance comme un temps de vie et non un temps de préparation pour la vie.

Deborah MacNamara (2017). Jouer, Grandir, S’épanouir. p. 91


Nous aimerions voir le monde changer. Et il ne peut changer que s’il change sa manière d’aborder sa ressource la plus précieuse et la plus ignorée : l’enfance… L’urgence d’une nouvelle attitude envers l’enfance n’a d’égale que l’urgence climatique. Elles sont reliées, car l’avenir en dépend.

André Stern (2021). Ecologiedelenfance.com


Voilà! Est-ce que tu aimes mon bouquet? Quelles fleurs te charment? Je t’invite à partager avec moi tes coups de coeur.


Si tu veux que j’aborde plus en profondeur la phrase que tu as choisie, tu peux me contacter via mon site ou en commentaires sous ce billet.


Bonne année!


 

Pour une description plus complète des livres desquels les citations ont été tirées, consultez l''onglet Médiagraphie sur ce site


Image par Dmytro de Pixabay


Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page