top of page
  • Photo du rédacteurJeanne Roy

Vive le toucher, un anti-stress naturel et bien plus encore!

Ce billet a pour objectif de rappeler les bienfaits du toucher et de présenter les découvertes autour d’une nouvelle fibre nerveuse nommée fibre « toucher-caresse ».


Dès le début de la vie, le toucher joue un rôle important. Il stabilise la respiration du nouveau-né, régule sa température et son taux de glycémie. Les contacts physiques lui permettent de sentir les limites de son corps et de se percevoir en tant qu’individu.


La peau est l’organe sensoriel le plus important du corps. Prendre soin de la peau d’un enfant, le toucher et le caresser sont des gestes qui participent à sa santé.

Les récepteurs de la peau convertissent les stimuli tactiles en signaux électriques. Ces derniers parviennent aux différentes régions du cerveau via un vaste réseau de fibres nerveuses. L’arrivée des influx électriques dans les neurones spécialisés activent les processus de croissance.


À la fin des années 2000, les scientifiques ont découvert un nouveau type de fibres nerveuses exclusivement consacrées au traitement des sensations tactiles douces et agréables. Ces fibres appelées « fibre-toucher-caresse » sont impliquées dans le traitement des sensations positives, de l’attention à l’autre et de la conscience de soi. La découverte de ce type de fibres nerveuses permet de comprendre comment fonctionne le cerveau social. En effet, les contacts corporels agréables sécurisent, rapprochent et réconfortent. Ils tissent et construisent le lien social.


Lorsqu’une caresse nous fait du bien, on a envie qu’elle se prolonge. Le système de récompenses de notre cerveau est activé et libère des hormones. Le cerveau produit en quelque sorte ces propres drogues. Ces substances varient selon la nature du contact. Ce sera par exemple, des endorphines dites hormones du bonheur, celles qui nous rendent euphoriques, ou encore l’ocytocine, hormone de l’attachement, celle qui renforce le sentiment de sécurité.


Plus les contacts physiques sont fréquents dans un couple, entre un parent et son enfant, ou entre deux personnes proches, et plus, le taux d’ocytocine est élevé. Ce taux élevé de l’hormone de l’attachement réduit le niveau de stress, augmente la tolérance à la douleur et favorise la capacité d’apprentissage.


Le stress chronique engendre des problèmes de santé, dus à la sécrétion en grande quantité d’adrénaline, de noradrénaline et de cortisol. Bien souvent, nous n’avons pas de contrôle sur les situations stressantes. Cependant, nous possédons les caresses : un mécanisme naturel qui diminue rapidement les hormones de stress. Des études montrent que les personnes ayant des contacts physiques agréables et réguliers se protègent des effets délétères du stress.


Également, les caresses envoient des signaux positifs à notre cerveau quand nous ressentons de la douleur. Lorsque le corps est caressé, le cerveau envoie un message aux « neurones-douleur » du type « réduisez votre activité, tout va bien, les caresses sont là ». Un exemple : quoi de mieux que frotter un bobo et donner un bec pour que l’enfant se sente mieux.


Les contacts physiques soulagent aussi la souffrance psychique. Ils permettent l’échange d’informations et d’émotions, que les mots seuls ne peuvent exprimer. Le contexte pandémique nous a montré que l’absence de contacts physiques ou sa diminution engendrent des comportements problématiques: consommation plus grande d’alcool, de drogue (y inclus les médicaments), de nourriture et augmentation d’états dépressifs. La pandémie a accentué la tendance déjà présente des écrans dans nos vies. Si cette tendance se poursuit, les problèmes de santé risquent de s’accroitre.


Enfin, les caresses ont aussi un effet sur la capacité d’apprendre grâce à la sécrétion d’ocytocine. Comme le dit si bien, Stéphanie Dam (éducatrice spécialisée indépendante), ocytocine-aussitôt-bien. Et quand on est détendu, notre cerveau est en mode curiosité et découvertes.


Les contacts corporels sont un besoin universel inscrit dans l’être humain dès sa naissance. Le toucher-caresse convient au bébé, à l’enfant, l’adolescent, l’adulte et la personne âgée. Il représente une source considérable d’hormones de bien-être (endorphines, ocytocine) et est un puissant régulateur de stress.


Donner des caresses, toucher les enfants les font grandir en santé et favorise un lien d’attachement dans la sécurité affective. Avoir des contacts doux avec des personnes proches éloigne la maladie et consolide les liens amoureux, amicaux et sociaux. Les « toucher-caresse » ont les mêmes bienfaits pour les personnes âgées et en plus, ils augmentent leur espérance de vie.


Pour retrouver et maintenir notre vitalité, nous avons une solution toute simple, elle se trouve dans nos mains. Touchons-nous les unes, les autres, les uns les autres! (sur une base consensuelle, évidemment).


_____________

*Le pouvoir des caresses : le toucher, un contact vital. Un film de Dorothee Kaden, Traduction et adaptation de S. Graulier. ARTE, 2020




Posts récents

Voir tout

תגובות


bottom of page